JPEG - 951.5 ko

Bernadette c’est tout ensemble
c’est la joie et la peine
un cou fragile porté bien droit
des épaules délicates
que rien ne fait baisser longtemps
Bernadette c’est un rire de collier de perles lâchées
qui rebondissent de marche en marche
et n’en finissent plus de rouler dans la lumière
Bernadette c’est tout ensemble
la joie de vivre et la peine de vivre

BERNADETTE


La vie nous est allouée, et nous ne savons jamais la durée de notre bail. Même de notre mort, nous ne sommes que locataires. Et plus encore de celles de ceux que nous aimons et qui nous quittent sans retour.
On a beau s’y préparer, quand ça arrive, c’est un coup de tonnerre dans un ciel serein. Et l’on découvre ce dont on se doutait sans oser y croire : tout préparé qu’on était, on n’était pas prêt du tout. Le fil fragile qu’on avait réussi à nouer avec l’autre casse net, et il faut rechercher d’autres fils, dispersés par l’explosion silencieuse du dernier soupir, et tenter de les tisser à nouveau, mais on sait bien que cette déchirure ne sera jamais réparée.
Cette vie-là trouée, il va falloir s’en trouver une autre.
Face à cette absence si présente, béant comme une porte qui ne ferme plus, on se réfugie dans la prose du quotidien, dans des automatismes un peu puérils mais commodes et confortables, qui posent sur le vide un filet de sécurité ténu, fragile, mais vivant de cette continuité obtuse dont nous ne pouvons nous passer.
On fait comme si on oubliait, mais aux moments qu’elle choisit et qui nous prennent souvent par surprise, la vérité se fait jour, et l’on sent chaque fois dans sa chair que la mort coupe comme un rasoir, et que les deux lèvres de la plaie qu’elle inflige, l’avant et l’après, ne se rejoindront jamais.
La cicatrice n’existe pas, la mort est un gouffre et si nous pleurons, c’est que nous savons trop bien que toutes nos larmes ne pourront pas combler ce tonneau des Danaïdes. Nous pleurons dans le vide ouvert sous nos pieds, et nos jambes tout à coup privées de force tremblent comme des arbustes desséchés secoués par le vent et battus par la pluie.
« Je suis enfin libérée », m’a-t-elle demandé de dire à son enterrement.
Le mort est peut-être libéré, il l’est de lui-même en tout cas, mais en se libérant de la vie, il nous y emprisonne.
Il nous faut alors apprendre à vivre de sa mort en attendant la nôtre.

JPEG - 165 ko

TU ES LÀ
Tu es là même quand tu n’es pas là

BERNADETTE EST MORTE


Je lui en voudrais presque, à Bernadette.
J’aurais tellement voulu mourir avant elle.
Somme toute, j’avais onze ans de plus qu’elle.
Et le monde avait encore davantage besoin de son sourire que de ma colère.
Je ne suis qu’un vieux croûton enragé par la vie de mort qu’avec notre complicité passive ou active le rationalisme mercantile nous impose depuis trop longtemps.
Impossible de ne pas penser que Bernadette a comme tant d’autres été victime de ce chaos technologique que nous nous obstinons contre toute évidence à décorer du nom fallacieux de progrès.
Je sais, les nuages radioactifs, saisis de respect devant la liberté, l’égalité et la fraternité, s’arrêtent aux frontières du pays des droits de l’homme.
Je sais, rien ne prouve « scientifiquement » que les nombreux cancers de toute sorte qui ont poussé comme des champignons vénéneux dans la Vallée de l’Ubaye et ailleurs depuis 1986 soient dûs à l’explosion de Tchernobyl.
J’admets que la mort « naturelle » de la femme que j’aimais a pu avoir d’autres causes, et a peut-être été innocemment provoquée par les pesticides, les additifs alimentaires, bref par l’un ou l’autre des merveilleux produits destinés à nous rendre toujours plus maîtres du monde et à favoriser la croissance illimitée de nos « richesses ».
Toutes ces causes possibles sont d’autant moins prouvées qu’aucun effort n’a été fait pour les rechercher, et qu’au contraire tout a été mis en œuvre pour occulter les dégâts. C’est qu’il est beaucoup plus rentable pour la machine économico-financière de soigner sans espoir que de prévenir…
L’un ou l’autre ou tous ensemble, la physique et la chimie et la statistique n’en sont pas moins selon moi les causes directes de la mort de Bernadette.
Je n’ai rien contre la science ni contre l’économie, tant qu’elles restent à leur place, c’est à dire à notre service.
Mais quand, confisquées ou séduites par la recherche du pouvoir et du profit, elles nous mettent à leur service, font de nous des esclaves tout juste bons à servir de bêtes de somme ou de cobayes, il me vient des envies de mordre.
Je sais, l’arsenal médical avec sa chirurgie, ses radiothérapies, ses chimiothérapies, lui a permis de survivre pendant plus de cent cinquante mois en menant un combat perdu d’avance, si bien que la technique qui la tuait a pu en toute bonne conscience tirer profit de sa longue agonie.
Sans l’avoir cherché, Bernadette a beaucoup fait pour la croissance du PIB et le déficit de la Sécurité Sociale, et je m’étonne, je m’indigne même, que son sacrifice n’ait pas été reconnu par un de ces rubans rouges qui servent à récompenser les escrocs bien en cour.
Morte au champ d’horreur, Bernadette aurait bien mérité la Légion du même nom.
Parce qu’elle a jusqu’au bout honoré et célébré la vie dans un monde qui ne cesse de la mépriser et de la détruire.

J’exagère ? Cliquez sur le document ci-dessous…

JPEG - 580.4 ko
Lobby nucléaire et cancers