JPEG - 119 ko
Vive les Femen ! Elles ne trichent pas, elles !

LA PLASTIQUE DU PLASTIQUE


Rembourser les prothèses mammaires, encore une de ces brillantes idées de la compassion universelle dévoyée. Sauf lorsqu’il s’agit de réparer autant que possible les dégâts créés par des interventions chirurgicales nécessaires, je suis contre, parce que je n’ai pas envie d’être tout contre.
Mais aussi parce que ce n’est pas en trichant avec sa réalité qu’on améliore son image de soi.
Rembourser une démarche qui indique une névrose sans la soigner, c’est encourager le mensonge à soi-même et à autrui, pire, le légitimer. Pire encore, c’est faire croire que les minables stratagèmes de la chirurgie plastique peuvent réussir à tromper sur la marchandise, donc, plus que pire, avouer que l’on tient le corps pour une marchandise qu’il s’agit de vendre.
Croire que l’apparence peut changer l’essence, c’est une ânerie et un mensonge de publicitaire, c’est se vendre au marketing. Cette illusion vieille comme le monde ne résiste pas à l’expérience : quand tombe la gaine et se répandent les chairs, s’effondre la confiance. Quand la paume s’arrondit sur du plastique, quand elle caresse du botox, on n’est plus seulement dans le mensonge de l’un, mais dans la déception de l’autre, et la supercherie révèle crûment le manque d’estime de soi qu’elle voulait cacher, comme le mépris pour autrui qu’elle implique.
Illusoire prise de pouvoir sur son propre destin : d’un coup de bistouri magique, on n’est plus ce qu’on est, on est ce qu’on se fait – mais on sacrifie du même coup la réalité au fantasme, et l’être au mieux-être…
Et pour finir, l’on devient ce que l’on croit qu’autrui veut que l’on soit, comme ces actrices ravissantes qui se défigurent pour rejoindre l’image à la mode, et y perdent l’essentiel de ce qui faisait leur charme personnel.
Ce n’est pas la chair en elle-même, matière inanimée, qui compte, mais l’énergie qu’elle dégage, la chaleur qu’elle rayonne, la vie qu’elle recèle.
Toucher un sein inanimé, qu’on le veuille ou non, c’est toucher la mort. Et que vaut la raideur contrainte d’un sourire botoxé ?
Non, décidément, je n’aime pas les momies vivantes.
Il n’y a évidemment aucune raison valable pour que la société prenne en charge des interventions de chirurgie esthétique sauf dans des cas aussi sérieux que le bec-de-lièvre par exemple.
Il n’est donc pas anodin que les pouvoirs publics puissent envisager le remboursement de la chirurgie plastique à visée purement « esthétique ». Il est dans la logique du libéral-nazisme d’encourager la chosification de l’être humain, sa réduction à une matière éminemment plastique, interchangeable à volonté.
Ainsi déresponsabilisé et désidentifié, l’individu peut être pris en charge, modelé, formaté, « adapté » ; que dis-je, il s’adapte de lui-même au modèle « proposé » (imposé, en vérité par l’opinion consensuelle manipulée) se normalise et trouve son « bonheur » à n’être plus lui-même, mais une sorte de clone. Le véritable assistanat, il est là, et pervers, puisqu’il s’agit de promouvoir la tricherie systématique qui est la base même de toutes les politiques de pouvoir et de profit !
Ce qui nous amène au si dangereux concept de « Think positive » qui n’est qu’une version anoblie et adoucie des dogmes libéraux. On est avec cette idéologie dans la pensée magique, autrement dit dans la communication. Pratiquée sur soi-même comme une forme d’auto persuasion, à la façon du Dr Coué, la pensée positive relève du choix de l’individu ; imposée par la société comme un mode de vie quasi obligatoire, comme un onzième commandement, elle se fait pure manipulation des esprits.
Restons nous-mêmes : chères, très chères compagnes, la vie est déjà bien assez dure ; aidez-nous à vous connaître et à vous aimer pour ce que vous êtes ! Donnez-nous notre sein quotidien, non le sein en général, non le sein « idéal », mais votre sein, celui dont la forme et la consistance nous parlent de vous seules, et non le postiche de poupée gonflable mondialisée qui vient s’interposer, air-bag importun, entre deux êtres vivants qui ne demandent qu’un voluptueux corps à corps…

P.-S.
Dans la foulée, peut-être serait-il utile de retirer au sympathique Stéphane Hessel les deux prothèses que les chirurgiens esthétiques de l’information lui ont greffé à son insu de son plein gré, et dont l’énormité déforme bien maladroitement et malhonnêtement sa svelte silhouette d’honnête homme ?
Quels que soient par ailleurs ses mérites, et contrairement à ce que racontent des médias avides de mythification et prompts à la mystification, le sémillant auteur d’Indignez-vous ! n’a jamais appartenu au Conseil National de la Résistance ni participé le moins du monde à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Et n’en déplaise à L’Équipe, non, Stéphane Hessel n’a gagné ni le Tour de France ni Roland-Garros.

Voir à ce sujet l’article de Claude Moisy, journaliste, ancien PDG de l’AFP dans Le Monde : L’auteur d’"Indignez-vous !" victime d’une fabrication