Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 11 avril 2020

UN ENTERREMENT ANNNULÉ

UNE PREUVE DE PLUS QUE LA PROVINCE EST EN AVANCE SUR PARIS !



EN UBAYE, DÈS LES IDES DE MARS, COMME AGNÈS BUZYN, ON AVAIT TOUT COMPRIS.
ET COMME ELLE, ON N’A RIEN DIT. MAIS ON A ANNONCÉ LA COULEUR !
Comme le prouvent ces deux photos contagieuses prises tout début mars par notre journaliste d’investigation, au péril de sa vie…

ATTENTION ! Avant de les regarder, vérifiez à l’aide d’un mètre étalonné que vous êtes bien à au moins un mètre de ces photos
ou lavez l’écran de votre ordinateur avec une solution hydroalcoolique.

Vous pouvez vérifier votre température sur le thermomètre fixé au mur, en profiter pour ramasser les déjections de votre chien à l’aide du distributeur,
et faire un retrait au guichet automatique de la BNP, « la banque du monde qui vient » et désormais celle su monde qui s’en va.
Ne nous remerciez pas, on est comme ça à Barcelonnette, on anticipe !


Cliquez sur les photos pour les agrandir
JPEG

JPEG

jeudi 9 avril 2020

ENTENDRE LE LOUP QUI VIENT





ENTENDRE LE LOUP QUI VIENT



Hier soir, j’ai vu le loup. Pas comme le voyaient autrefois les demoiselles trop curieuses, non. Nous avons changé tout ça. D’ailleurs, je ne l’ai pas vu. Je l’ai entendu. Ou plutôt je les ai entendus, car ils étaient au moins deux, voire trois ou quatre. C’est la première fois, en ce qui me concerne, et je ne crois pas qu’il aient jamais jusqu’ici donné un tel concert dans la Vallée.

C’était à 9h du soir, sous les 2.500 mètres du Chapeau de Gendarme, autant dire sous le nez des gendarmes, en haut de la forêt de Gaudissard, à deux kilomètres, des hurlements un peu étouffés et relativement courts, mais parfaitement audibles et instantanément reconnaissables. Une première fois beaucoup plus impressionnante que je ne l’eusse cru. Après tout, je connais bien par de nombreux enregistrements le chant du loup, et, joli petit talent de société, je l’imite passablement, aussi bien que le ululement de la hulotte et quelques autres cris d’animaux.

Passons sur mes talents d’imitateur, le fait est que j’ai été secoué par ces hurlements totalement inattendus. À la fois ravi et effrayé. Oui, il m’est venu une sorte de frisson antédiluvien, monté du fond d’un inconscient collectif jusqu’alors enfoui sous mes lectures et mes rencontres avec le loup roumain d’un ami, un mastard bien plus grand que nos loups italiens, très impressionnant mais on ne peut plus amical. On peut gérer le regard, et même celui du loup, si insondable, mais le son, c’est une autre histoire, ça rentre comme dans du beurre, jusqu’au tréfonds !

C’était beau et sauvage, comme l’annonce d’un inexorable retour à l’envoyeur, d’un backlash venant compléter en boomerang l’irruption du Virus Exterminateur. Je suis resté six ou sept minutes, un temps fou, à écouter leurs échanges fracasser l’illusion sécuritaire de notre petite ville.

Oui, pas de doute, pandémie aidant, les loups se rapprochent, ils nous cernent.

On pourrait se dire qu’on va se réfugier dans la grande ville, et que là, ils ne nous atteindront pas.

L’ennui, c’est que les loups sont déjà dans la cité.

Mieux, ils la gouvernent.

Ceci n’est pas un poisson d’avril.

Les loups à deux pattes sont à l’œuvre, et s’ils font moins peur que les vrais, ils sont, comme nous n’arrêtons pas de le constater à nos dépens, autrement dangereux.