LA KALACHNIKOV, APOTHÉOSE DE L’ÉCONOMIE LIBÉRALE
Dans "Gomorra", son livre décrivant par le menu le fonctionnement de la camorra napolitaine, très justement dénommée « le Système » par ses membres, Roberto Saviano montre de façon lumineuse le lien organique entre l’économie triomphante et les systèmes mafieux.
La recherche du profit dérive obligatoirement vers des comportements mafieux. Contrairement à ce que j’entends souvent dire, la recherche du profit n’est pas amorale, elle est fondamentalement immorale. La pensée économique libérale est donc intrinsèquement criminelle, puisqu’elle élève un moyen au rang de fin, ce qui est en effet le comble de la perversité. Elle est criminelle dans ses principes comme dans ses objectifs et dans les moyens employés pour les atteindre.
La notion même de guerre économique est mafieuse, et les bêtes féroces des diverses mafias mondialisées ne sont que l’aboutissement de l’idéal libéral des « jeunes loups ». Il n’y a qu’une différence de degré, non de nature, entre la guerre économique menée par les managers fous qui envoient leurs troupes au suicide et la guerre des gangs où les conflits se règlent à coups de Kalachnikov, cette arme de destruction massive dont Saviano montre de façon très convaincante qu’elle « est le véritable symbole du libéralisme économique. Son icône ultime, une sorte de mascotte : peu importe qui on est, peu importe ce qu’on pense, l’endroit d’où l’on vient, la religion qu’on pratique, contre qui et en faveur de quoi on se bat, il suffit que ce soit avec notre produit. » Et il ajoute : « Mikhaïl Kalachnikov porte en lui l’impératif quotidien de l’homme au temps du marché : fais ce que tu dois faire pour gagner, le reste ne te concerne pas. »
Le PDG riscophile, le trader cocaïné sont eux aussi des bêtes féroces, prudemment cantonnées dans l’abstraction des chiffres, ce qui leur évite d’avoir à se salir les mains, mais les rend d’autant plus méprisables qu’il n’ont même pas le courage d’assumer leurs actes et les conséquences bien réelles qu’ils entraînent. Les « managers » actuels sont des assassins en gants blancs.
En vérité toute vision économocentrique du monde est par définition criminelle, parce qu’elle est à la fois inhumaine et antinaturelle.
Quand l’économie prime, naît inévitablement la maffia – tel est le message de Roberto Saviano. Vivre selon la loi de la jungle, la loi du plus fort, c’est déjà être mafieux, c’est être pervers et stupide, car cette prétendue loi n’existe pas dans la nature et ne pourrait y exister, puisqu’incapable de se réguler elle ne connaît pas de limite et comme un cancer se développe sans trêve, jusqu’à s’autodétruire.
L’actuel président nous a offert durant cinq trop longues année un exemple aussi catastrophique que glaçant de cette boulimie suicidaire.

IL N’A JAMAIS ÉTÉ PRÉSIDENT…
S’il a réellement, comme il est désormais permis de le penser, fait financer illégalement sa campagne par Liliane Bettencourt, Nicolas Sarkozy a usurpé son actuelle fonction, qu’il a par ailleurs exercée de façon à la déshonorer comme jamais elle ne l’avait été malgré les louables efforts de ses prédécesseurs.
Ce quinquennat aura donc été du début à la fin celui de tous les scandales.
Rattrapés par la kyrielle de casseroles qui les marque à la culotte, le « président » et son clan n’en continuent pas moins de les accumuler avec, au choix, une totale inconscience ou un cynisme ahurissant.
Un décret passé en catimini ces derniers jours autorise ainsi les élus à devenir avocats sans examen, sans autre forme de procès, cas de le dire !
François Fillon et bien d’autres trouvent leur intérêt dans cette mesure scélérate et clairement anticonstitutionnelle. Un passe-droit de plus, un encouragement supplémentaire aux conflits d’intérêt et à la corruption.
Il est certes grand temps de faire entrer les trop nombreux politiciens tarés dont peut s’enorgueillir la France d’aujourd’hui dans les tribunaux. Non à la barre, mais sur le banc des prévenus.
On n’en finirait plus d’énumérer les violations de l’esprit de nos lois et de la morale la plus élémentaire opérées par l’actuel président et ses sbires.
C’est allé si loin que c’est désormais l’inconscient collectif qui rejette Sarkozy, raison pour laquelle j’expliquais dès le 22 février dans ma chronique (« PANIQUÉ ? NIQUÉ… NICOLAS SARKOZY OU L’IMPOSTURE CONTEMPORAINE, chronique d’une déroute annoncée ») qu’il serait battu, et battu à plate couture. Ce n’est plus une question de raisonnement, de réflexion, c’est une lame de fond : même chez ceux qui croient encore vouloir de lui, le rejet inconscient fait son chemin, le ras-le-bol bouillonne.
Rien au fond d’étonnant à cela. Tout comme, même si nous tentons de la rationaliser, notre vie est d’abord et avant tout gérée par notre inconscient, nous ne votons pas tant avec notre raison qu’avec notre instinct. Or, que nous l’admettions ou non, nous savons tous d’instinct désormais que Sarkozy est mauvais, à tous les sens du terme, qu’il est non seulement fondamentalement pervers, mais indiciblement stupide.
Et lui-même le sait. Son inconscient, en tout cas, en a si bien conscience qu’il lui dicte une des plus belles conduites d’échec qu’on ait vues de mémoire d’homme de pouvoir. La campagne incohérente de Sarkozy aura été un catalogue de toutes les bêtises à éviter, une liste à peu près complète des erreurs les plus grossières, des fautes les plus impardonnables.
Mélange d’arrogance, de cynisme, d’insensibilité, de perversité, et au bout du compte, de bêtise crasse.
Campagne qui prouve plus que jamais que la méritocratie appartient au passé. Chirac, et plus encore Sarkozy ont institué la déméritocratie, le règne des nuls et des escrocs.
Campagne immonde, campagne stupide, et lumineusement révélatrice de ce que cet homme-là n’a jamais pensé à servir, mais seulement à se servir.
Campagne qui voudrait faire peur, mais qui sue la trouille verte d’un pauvre type rattrapé par ses mauvais coups, et qui tremble parce qu’il sait que la perte de sa scandaleuse immunité l’obligera à rendre des comptes, et entraînera sa ruine et son déshonneur.
Il est temps de jeter Sarkozy aux poubelles de l’Histoire, dont il n’aurait jamais dû sortir.
Ce sera fait dans quelques jours.
Et le plus dur sera devant nous : l’Histoire, c’est désormais à nous de la faire…

JPEG - 108.9 ko
Panache président !
Lui aussi se gavera, mais ça coûtera moins cher. Et non seulement il est beau, lui, mais il ne parle pas !